Beck - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Beck

Yukio, aussi surnommé Koyuki par une de ses amies qui porte le même prénom que lui, est un collégien somme toute banal et quelque peu introverti.
Mais tout va changer le jour où il va faire la rencontre de BECK, un chien... car son maître, Ryuusuke, va s’avérer être un ancien membre d’un groupe de rock plutôt connu aux USA.
Débute alors une amitié entre les deux jeunes hommes, et puis la découverte d’un talent évident pour Koyuki, sa voix...
Les rails sont posés, et le groupe de rock BECK se forme.

Yukio Tanaka (Koyuki) : C’est un jeune homme timide et introverti, mais sa rencontre avec Ryusuuke va lui permettre de s’affirmer de plus en plus.
Il est très proche du batteur du groupe et admire Ryuusuke. Il tombera progressivement amoureux de Maho, la sœur du leader du groupe BECK.
Il est le 2ème chanteur du groupe, ainsi que la 2nde guitare, instrument qu’il apprendra à manipuler après un certain temps.

Minami Ryuusuke : Guitariste du groupe, c’est un bourreau des cœurs, étant assez volage. Possédant un charisme hors norme, Koyuki l’admirera énormément.
Il est le 1er guitariste du groupe, et démontre son talent à la guitare lors de leurs différentes performances. Ancien membre des groupes Dying Breed et Serial Mama, il se décidera à créer de lui-même son propre groupe de Rock, BECK, en référence à son chien.

Izumi : Amie d’enfance dont est amoureux Koyuki au début, c’est elle qui lui trouve d’ailleurs ce surnom.
Elle semble ne pas se désintéresser de notre héros bien qu’elle ne soit jamais vraiment claire avec lui vis-à-vis de ses sentiments.

Tsunemi Chiba : Nerveux chanteur du groupe BECK, c’est un rappeur qui apporte au groupe une certaine dynamique de par son caractère emporté.
Chiba est toujours là pour ses amis, prêt à les aider. C’est un Karateka.
D’un naturel plus timoré étant enfant, il s'est mis à l'art martial pour ne plus se laisser faire.

Yoshiyuki Taira : L’essence d’un groupe, c’est la basse. Et pour le coup, Taira est un véritable génie de la basse, ce qui attire la convoitise de Ryuusuke, à la recherche de membres pour son groupe.
Il se laissera convaincre par la voix de Koyuki, et rejoindra le groupe.

Hiroshi "Saku" Sakurai : Très positif, il est le batteur de BECK. La batterie, ça l’éclate, et ça se voit.
Il sera l’ami le plus proche de Koyuki dans le groupe, cela est surement dû au fait qu’il soit tous les deux les moins extravertis du groupe.

Mahi Minami : Sœur de Ryuusuke, c’est aussi une bonne chanteuse.
Elle semble en pincer pour Koyuki mais leur relation demeure ambiguë pendant très longtemps.

Scénario
Tout d’abord soyons clair, nous allons prendre l’anime de BECK comme une œuvre à part et faire fît du manga (puisque l'anime ne recouvre que les 12 premiers tomes, et survole le 13ème), afin de faire preuve d’une totale objectivité dans cette critique.
BECK n’est absolument pas le 1er manga dont l’un des thèmes principaux, en plus des tranches de vie de chaque protagoniste, est la musique. On peut citer le manga « Bremen », traitant du Hard rock (et publié aux édition "J’ai lu" pour les curieux, publié au shonen jump).
On connaît aussi Detroit Metal City (dans le genre Metal Comedy) mais aussi Nana, et bien d’autres...

Il est donc impossible de dire de BECK qu’il est original. En revanche, ce qui fait la profondeur du scénario, c’est certainement les références musicales de l’auteur.
Parce que là, faut dire qu’on en apprend des choses tout de même. Le développement du personnage de Koyuki est intéressant. On suit le garçon timide et introverti qui devient petit à petit plus sûr de lui... BECK fait partie de ces animes shonen que l’on retrouve de plus en plus souvent, avec un héros qui n’a pas besoin d’une tenue orangé pour plaire.
Tout l’intérêt de l’anime vient de son réalisme (exit le chien BECK je vous l’accorde), et surtout de l’incroyable connaissance de Harol Sakuishi en ce qui concerne le milieu de la musique.
On suit véritablement l’ascension d’un groupe de rock classique tout en suivant la vie de chaque protagoniste. Rien de bien original donc, mais la richesse et la profondeur qui sont apportées à l’anime, ainsi que les différentes références musicales (Jimmy Hendrix pour ne citer que lui, et la guitare Lucy par exemple) font toute la saveur de cet anime.

Personnages
BECK, comme je le disais précédemment, est ancré dans le monde de la vie réelle, et se veut donc... le plus réaliste possible.
On verra par exemple Koyuki se faire malmener, ou encore faire une fausse note à cause du stress. Cependant, hormis Koyuki, en ce qui concerne le caractère précis de tous les personnages, ou bien ce qui l’a forgé, on reste un peu dans le flou. On nous explique vaguement le passé de chaque protagoniste durant des dialogues, que l’on arrive à saisir les informations ou pas importe peu.
Cela n’empêche pas pour autant Ryuusuke de conserver son charisme, Chiba d'attirer tout de suite la sympathie, et on a tout de suite envie de devenir le meilleur ami du batteur du groupe. Le bassiste est bien cool aussi. Beck n’a pas besoin (et ici on parle de l’anime) de pousser à fond la psychologie de tous les personnages, on s’en fout un peu même si les relations de Koyuki avec tous les personnages sont intéressantes.
Ce qui plaît avant tout, c’est la découverte d’un univers musical à travers les yeux du héros.

Visuel
Au vu des 10 premiers tomes du manga, on peut dire que BECK fait partie de ces mangas qui sont fait pour être adaptés en anime. Le trait n’est pas moche dans le manga bien sûr, mais on ne peut pas spécialement lancer des fleurs à l’auteur, bien qu’il s’améliore nettement au fur et à mesure.
Le chara-designer permet de donner aux visages des personnages un aspect plus réaliste, avec des proportions plus humaines. C’est quand même très bien fait, voir superbe par moment, l’animation était au top pour l’époque, on peut d’ailleurs noter les guitares/basses qui sont en 3D. Les plans sur les doigts en train de gratter les cordes qui vibrent sont à tomber par terre ! Les décors ne se limitent pas qu’au lycée ici. BECK voyage et donne des concerts.
Visuellement parlant, c’est franchement réussi.

Opening et ending
L’opening est très célèbre, crée par les Beat Crusaders, « Hit in America », et c’est, en plus d’être l’un des meilleurs opening tout anime confondu que je connaisse, celui qui est le plus en accord avec le thème qu’il aborde.
L’op parle clairement du rêve du groupe, celui de faire un carton aux États-Unis, de se faire un nom, de percer. Le 1er ending nous propose un son assez cool, avec des visages avec un style plus ou moins proche du pop art, tandis que le 2dn ending nous laisse profiter de la douce voix de Maho sur la chanson « Moon on the water », toujours de Beat Crusader, sur une image de pleine lune dans le ciel.
Rien de bien original, mais la musique est cool.

OST
Le problème du manga BECK en lui-même, c’est que c’est un manga qui a pour thème principal le Rock... Et le problème du papier, c’est qu’à ma connaissance, il ne retransmet pas une ambiance musicale.
L’anime de BECK pallie à ce problème avec des OST bien Rock. Ben oui, après tout BECK, c’est un anime sur le rock, et si les OST n’étaient pas bonnes, l’anime deviendrait inregardable.
Composée par Beat Crusaders, l’ambiance est donc essentiellement Rock, et malgré l’aspect vieillot de ce style de musique, les OST se marient parfaitement à l’ambiance jeune de l’anime (car les protagonistes sont des adolescents tout de même). Mais là où les OST font fort, c’est que même un groupe que l’on a qu’entraperçu dans l’anime et dont on a à peine entendu un bout de chanson lors d’un concert a droit à une chanson complète dans les OST, allant de 2 à 3 min parfois !
Donc du très bon encore une fois et heureusement, car pour respecter l’œuvre de Harold Sakuishi, il fallait tout de même une ambiance musicale en accord avec le manga original.

Doublages
Il y a rarement quelque chose à redire aux doublages VOST, c’est aussi pour ça que les ¾ du temps, on les préfère à la VF. Pour autant la VF cette fois-ci n’est pas moche (j’ai même commencé en regardant en VF). C’est écoutable tout de même, les efforts sont louables bien que l’on préférera une nouvelle fois la VO à la VF.

BECK sort du lot grâce à une culture et des références musicales recherchées, à la connaissance du milieu rock (la manière dont il faut procéder pour percer, etc...), par sa 3D sur les instruments qui est SUBLIME, mais aussi grâce à une bande son composée essentiellement par les Beat Crusaders.
Quant à savoir si l’anime a éclipsé certains moments importants du manga, je dis que peut-être (vu que je n’ai pas tout lu), mais il n’empêche que ça reste très bon et que BECK demeure à ce jour l’un des meilleurs animes que j’ai vus concernant le genre tranche de vie/musical.
Loin devant Lucile, amour et Rock’n’Roll, BECK c’est assez mature, et ça cultive musicalement parlant. On se prend du bon son plein les oreilles (ça se dit ça ?!). L’aventure est agréable visuellement, on risque difficilement d’être déçu.
, le 11.06.2011

Commentaires 1

Note moyenne des commentaires : 1 2 3 4 5
Photo
1 2 3 4 5
Kaboum Voir le profil
22.12.2014 à 12h26
Franchement cet anime est excellent, ayant aussi lu le manga, dommage que l'anime n'est pas aussi détaillé mais pas grave sa n'enlève rien à sa qualité. Je le conseil pour tous les amateurs de musique car l'OST est énorme ! ! :)
Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original BECK, Mongolian Shop Squad
1ère parution
Genre(s) Horreur
Épisode(s) 26
Auteur(s)
Statut Licencié par Kaze
Site officiel www.tv-tokyo.co.jp
Recommander & partager
otakus aiment cet article sur Beck.
Autres articles de Yomigues
Rechercher un article
Acheter Beck
Nos heureux partenaires