Katanagatari - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Katanagatari

Katanagatari
Personnages
Comme je l’ai mentionné auparavant, les personnages sont surprenants autant en profondeur qu’en originalité, se ainsi détachant des clichés que l’on a tant l’habitude de voir. Non, Togame n’est pas une tsundere, et ce, même quand il lui arrive de se dévêtir – chose à laquelle Shichika ne prête d’ailleurs aucune attention.
Et non, le chef du Kyotouryou ne sauve pas non plus la veuve et l’orphelin dès qu’il en a l’occasion. C’est un katana, et comme toute arme, il est fait pour être dirigé par quelqu’un, en l’occurrence Togame.
La maturité du scénario permet en effet aux protagonistes d’avoir une réelle profondeur, et de s’affranchir de tout manichéisme.

OST
La bande son est signée Taku Iwasaki, dont vous avez déjà du entendre la production, puisqu’il a signé celles de plus d’une trentaine de productions. Les plus connues sont, pour ne citer qu’elles, Angel Heart, Black Cat, Black Butler, Gurren Lagann, Origine, ou encore Rumbling Hearts.
Aussi, à l’écoute de l’OST, on se surprend à se rentre compte que cette dernière est variée, mais surtout assez mélancolique, alors que certains thèmes tels que celui de Togame (à écouter ci-dessous) ne le laissaient pas présager lors de leur diffusion. De très bons thèmes donc, comme celui de Nanami ou encore Gettouka, à la fois requiem et lettre d'adieu.

Togame :

Nanami :

Gettouka :

Opening et ending
Commençons par le plus simple, les endings : point positif à mentionner la musique accompagnant ses derniers est différente à chaque fin d’épisode. Cependant, l’animation y est assez limité, se composant d’une vue de dos de Shichika et Togame.
Les deux openings quand à eux sont de très bons aperçus de la qualité graphique de l’anime et de sa teneur.
Si le premier opening (voir ci-dessous) a une musique classique mais efficace, le second est interprété par Ali PROJECT, ce qui entraîne, selon moi, l’ajout d’un nouvel opening à la liste des productions sans saveur ni originalité de ce groupe. Même après avoir regardé tous les épisodes de Katanagatari, je suis incapable de faire la différence à l’oreille entre cet opening, celui de Shigofumi et le second ending de Code Geass...

Premier opening :


Second opening :


Katanagatari est une ouvre profonde et mature, qui sait prendre continuellement à revers ce qu’on pense pouvoir attendre d’un tel anime. On se fait délicieusement avoir et surprendre, tant et si bien qu’à la fin du dernier épisode on réalise à quel point l’anime était profond et en quoi cela ne se limite pas à une bête chasse aux katanas.
Une très très bonne surprise donc.

Sachez cependant que les dialogues omniprésents peuvent en rebuter certains,aussi, si la pilule ne passe toujours pas arrivée à la fin du 3ièmeépisode, ne vous forcez pas. Quoique, vous manqueriez vraiment quelque chose.

A l’instar de Bakemonogatari, Katanagatari est issu d’une série de 12 light nvels écrit par Nisio Ishin. Il a aussi rédigé un spin-off, intitulé Maniwagatari. Comme son nom l’indique, l’histoire de ce dernier est axé sur la brigade de ninjas.
Espérons qu’une adaptation anime sera réalisé, car il serait plus que réjouissant d’avoir plus d’informations sur ces antagonistes charismatiques.
Les romans sont, bien sûr et à mon grand dam, impossibles à trouver sur notre territoire.
, le 08.06.2011

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Katanagatari
1ère parution
Genre(s) Aventure, Combats & Arts Martiaux
Épisode(s) 12
Auteur(s)
Statut Non licencié
Site officiel www.katanagatari.com
Recommander & partager
Personne n'a voté pour cet article sur Katanagatari.
Autres articles de Shisaï
Rechercher un article
Acheter Katanagatari
Nos heureux partenaires