Genshiken - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Genshiken

Genshiken
Sasahara Kanji, nouvel étudiant de l'université Shiiô, recherche un club où s'inscrire. Passioné par les animes, mangas, et jeux, il tombe sur le genshiken, alias Groupe d'études de la culture visuelle moderne. Là, il rencontre des personnes peu communes : le nouveau, dans le genre bishô, qui vient de retrouver son amie d'enfance Saki l'anti-otaku, le mordu de doujin, le fervent de cosplays, le drôle de président... C'est à partir de là que commencent les "aventures" de tous ces otakus (et cette anti-otaku) réunis autour de la même passion et de l'idolatration de "kujian", leur anime culte.

Sasahara Kanji : C'est avec Sasahara que l'histoire commence. On le voit chez lui puis à l'université, fermement résolu à s'inscrire dans un club d'animes ou de mangas. Se retrouvant dans le genshiken, il s'intègre dans un groupe où les liens sont solides, et là, il apprend à s'épanouir, et s'enrichit par de nouvelles expériences et découvertes... de japanime et ero-jeu, bien entendu ^^

Kasakabe Saki : Ce personnage haut en couleur mène la vie dure aux membres du genshiken. En effet, elle veut faire abandonner "l'otakuisme" à Kôsaka, son petit ami. Inutile de dire que c'est sans espoir. Elle fait tout pour y parvenir, criant qu'elle ne supporte pas les otakus, détruisant plamos, posters, magazines de valeur inestimable (volontairement?),mais malgré tout, c'est une de celles qui est le plus présente au club, et malgré ce qu'elle dit, elle finit par s'habituer à cet univers.

Kôsaka Makoto : Ce bishônen est le desespoir de toutes les filles. Bien que beau gosse (bien fringué, bien coiffé, mignon), sa vie ne tourne quasiment qu'autour de sa passion : animes, mangas, jeux (en tout genre), seiyuus et compagnie (enfin je dis quasiment, mais se serait plutôt exclusivement :D). Il est très mystérieux, car malgré sa personnalité enjouée, on ne peut le cerner. Il est malgré tout très attaché à Saki (même s'il la délaisse plus d'une fois pour les ventes de minuit^^"), avec laquelle il a passé son enfance, puisqu'ils vivaient dans le même quartier.

Madarame Harunobu : Madarame est certainement le personnage le plus "enflammé" du groupe. Sa passion le pousse à acheter multiples dôjinshi, quitte à ne pas manger pendant une semaine. C'est d'ailleurs lui qui dit à Sasahara de sacrifier trois mois de vivres pour acheter un pc xD Madarame est un personnage très influent du club, prenant la plupart du temps les décisions les plus importantes. Une petite anecdote à propos de ce personnage : il est tellement obsédé par les dôjins et ero-game qu'il va jusqu'à s'imaginer certaines situations sous forme de jeux pour arriver à prendre des décisions ou engager une conversation...

Ôno Kanako : Cette jeune fille est une étudiante qui arrive au début du second semestre, ayant passé la plupart de sa vie en Amérique. Elle est assez réservée, douce, et très gentille. C'est une fondue de cosplays qui trouve en Tanaka un ami précieux qui se dévoue entièrement à la conception de ses costumes. Elle est très attachée à Saki, et a un faible pour les homme chauves plus agés qu'elle. Ôno est absolument craquante, et avec son arrivée au sein du genshiken, elle apporte quelque chose de nouveau au groupe.

Suô Tanaka Soichiro : Tanaka est un fan de cosplays. Bien que n'en portant pas, il prend des photos lors des conventions (notamment du comifes), ayant même ses "poseurs" réguliers, et crée de nombreux costumes, notamment pour Ôno, en qui il trouve l'amie (voir plus?) idéale, étant une fervente cosplayeuse. C'est un "pro" des plamos, allant même jusqu'à donner des cours amateurs de construction à Sasahara et Ôno à l'arrivée du printemps. On peut dire que c'est le "manuel" du groupe, il exploite sa passion dans tous les domaines possibles.

Mitsunori Kugayama : Ce gentil gros balourd a un problème de bégaiement, étant très renfermé sur lui-même. Néanmoins, c'est un senpai dévoué et très gentil, et c'est le membre le plus doué en dessins du genshiken. Kuga-P, comme le surnomme Saki, est très réservé sur certains sujets, et refuse de parler quand il y a foule, mais ça ne l'empêche pas d'être très ancré au sein du Genshiken et d'apporter ses idées au groupe.

Le président (Shodai Kaicho) : Bienvenue dans le monde de l'inconnu, de l'iréel. Ce mystérieux "jeune homme" (qui fait plus penser à ET qu'à autre chose avec sa drôle de tête) est le président de Genshiken, depuis... un certain temps... En effet, les membres du club découvrent au cours de la série que Genshiken existait déjà en 1950... Tout ce qui se rapporte au président est vraiment poilant, car c'est un personnage très peu présent, mais tellement mystérieux que tous les membres psychotent dès qu'ils pensent à qui il peut être en réalité : son âge, l'histoire des caméras avec Saki, etc...

Sasahara Keiko : Cette kogaru n'est autre que la soeur de Kanji, qu'elle surnomme "affectueusement" saru. Elle est très envahissante, et quand elle tombe sous le charme de Kôsaka, elle va même jusqu'à essayer de devenir une otaku, jusqu'à ce qu'elle se prenne une grande claque. Ce personnage présent dans seulement quelques épisodes, turbulent, superficiel, et pas très malin, est néanmoins très sympathique, surtout pour sa ténacité et pour certains de ses propos pas très fute-fute qui nous font bien marrer :p.

Cet anime est absolument génial, en tant que passioné (otaku? :p), on ne peut que craquer. Il est tiré d'un manga de Kio Shimoku, qui est lui aussi excellent, d'ailleurs l'anime lui est très fidèle.
Enfin bref, revenons à nos moutons^^
Déjà, quelque chose d'appréciable : le thème original, qui n'est autre que les otakus. C'est excellent, on peut découvrir le fétichiste acharné complètement fou de dôjinshi, le super-fortiche des jeux vidéos, le dessinateur introverti, le fan qui souhaite apprendre plus et devenir une pointure, la cosplayeuse, le créateur, l'anti-otaku... On a même une vision des kogarus à travers Keiko (qui a dit peu élogieuse?).
On est tout de suite projeté dans l'ambiance et l'univers du groupe, et on s'y intègre absolument malgré nous (il faut dire que quand on est aussi fondus qu'eux, c'est pas compliqué).
Ce qui est bon dans cet anime, c'est qu'à partir d'une petite idée (des otakus au sein d'un club), on puisse autant développer des personnages en si peu d'épisodes, et surtout les rendre aussi attachants. Qui n'est pas mort de rire devant les crises de Saki, les fantasmes de Madarame, ou encore les speechs plus que douteux du président? Qui ne craque pas dès que la petite Ôno fait son apparition? Qui ne se sent pas plein de solidarité envers Sasahara et Ôno quand ils ont peur que Saki bousillent leur plemo assidument montés au cours d'une laborieuse semaine ?
C'est certainement l'identification qui engendre cet attachement ou encore qui nous fait "connaître" les personnages en très peu de temps, et c'est vraiment un point fort pour genshiken.
Les épisodes n'ont aucun lien entre eux (il s'écoule d'ailleurs un an entre 6 ou 7 épisodes), mais ils sont chacun spéciaux, et je dois avouer qu'aucun n'est à jeter : que ce soit le premier avec l'introduction du Genshiken, le premier Comifes, ou encore, l'épisode mythique ou Madarame essaie d'engager la conversation avec Saki, présentant les occasions comme dans un jeu vidéo avec des choix (oui ça dure 20 minutes), l'épisode de la plage... enfin bref, que du bon!
Du côté musical, l'OST n'a rien de spécial, perso ça me fait penser à school rumble, des musiques très ambiance, qui se fondent parfaitement dans l'anime mais qui ne sont pas forcément des chef-d'oeuvres. Malgré tout, il y a de bonnes BGM, mais dans l'ensemble, c'est franchement pas terrible une fois sorti du contexte.
Les génériques sont quant à eux tout bonnement géniaux (rien que ça ^^). L'opening, My-pace Daiou, de manzo, présente l'univers et les personnages sur une musique super entrainante, on elle introduit parfaitement l'anime. C'est le genre de musique qui met la dose de bonne humeur pour la journée.
Pour l'ending, biidama, on a fait recours à la jolie Atsumi Saori, et le générique et très mignon (perso je suis dingue de la voix de cette chanteuse, elle n'a pas un timbre de voix très original, mais comme je l'ai dit juste au-dessus, elle donne un côté mignon à la plupart de ses chansons). On remarque que selon les épisodes, l'image change quelque peu (juste pour exemple : Saki et Kôsaka qui se bécottent, la cabine d'essayage lors du cosplay en présidente...).
De plus, les singles valent le coup : 6 pistes pour celui de manzo (dont deux off-vocal), et 2 pour celui de Atsumi, comprenant biidama et otonani narenai, sublime, d'autant plus qu'une "chanson cachée" se situe à la fin de la piste... un magnifique accoustique.
Quant aux seiyûs, bah comme d'habitude, un excellent boulot, et de plus on trouve des pointures, telles que Yukino Satsuki ou encore Kawasumi Ayako.
Je finis donc là, en répétant que cet anime est un chef-d'oeuvre (nuaçons : je me limiterai à petite bombe), qu'il faut le voir, vous DEVEZ le regarder (surtout si vous vous considérez comme un puriste), personnellement j'ai été conquise, et je ne suis pas la seule : )
Il ne reste plus qu'à attendre la décision d'un éditeur de publier le manga ici.

L'édition Française
L'anime est licencié par Kaze, en 5 DVD. Certes, on ne peut nier que le pack est soigné, que c'est agrémenté de bonus sympas et tout... mais personnellement, je ne pense pas acheter ces DVD, à moins de gagner à la loterie, pour une simple et bonne raison : payer 20 euros pour 2/3 épisodes (35 euros pour le premier, puisque le box est compris... ce qui fait quand même 105 euros 12 épisodes), c'est hors-de-question. Je trouvais que Dybex abusait avec ses prix onéreux (par exemple payer 80 euros pour 13 épisodes), bin là malheureusement on n'a pas été gâté...
Enfin je ne suis pas là pour un règlement de compte avec les éditeurs^^", sachez cependant que l'édition est soignée, et il y a pas mal de goodz très susceptibles de plaire aux fans, et ça c'est un plus, car très peu d'animes se voient agrémentés de ptits goodz sympathoches comme ça : ) Après, niveau DVD, on a les épisodes de Kujian, et une interview du staff... un peu maigre tout de même.
A noter qu'un box est sorti récemment.
, le 16.06.2011

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Genshiken
1ère parution
Genre(s) Comédie
Épisode(s) 12
Auteur(s)
Statut Licencié par Kaze
Site officiel www.genshiken-anime.com
Recommander & partager
otaku aime cet article sur Genshiken.
Autres articles de rin
Rechercher un article
Acheter Genshiken
Nos heureux partenaires