D.Gray-Man - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


D.Gray-Man

D.Gray-Man
Si l'on vous parle d'exorcistes au XIX ième vous pensez à quoi ?
A un moine tenant une croix en marmonnant des paroles en latin dans une pièce éclairée par des bougies ? Et bien vous êtes assez loin de la vérité : dans D.Gray-Man, les exorcistes sont des religieux de combattant dans l'ombre contre les akumas.
Qu'est-ce qu'un akumas ? Ce sont des humains morts, ramenés à la vie par le Comte Millénaire à la demande d'un de leur semblable au désespoir. Le damné tue alors, sur l'ordre de son créateur, la personne qui voulait la voir revivre et prend possession de son corps, étant devenu entre temps une créature qui ne demander qu'à tuer et ne prend cette forme que pour plus facilement détruire les hommes. Simple n'est-ce pas ?
Pour les combattre, les exorcistes utilisent "l'innocence", matière présente un peu partout dans le monde sous forme de fragments, chacun étant compatible avec une unique personne. Traitée d'une certaine façon, elle est canalisée dans des armes ou, chose plus rare, est présente dès la naissance dans un membre du corps d'un humain. On parle alors d'une arme anti-akumas "symbiotique" par opposition aux armes "équipements".

Le héros de l'histoire, Allen Walker, possède justement une arme symbiotique qui donne à son bras gauche un aspect plutôt monstrueux, l'obligeant à porter des gants en présence du commun des mortels ignorant tout de la guerre qui se joue. Son maître, l'ayant jugé apte à devenir apôtre de Dieu, l'envoie au QG de ces derniers pour qu'il puisse à son tour protéger les humains et devenir une très précieuse recrue pour la grande bataille à venir, les akumas doublant en nombre, en férocité et en audace...

Allen Walker : Personnage principal, Allen est loin d'être un exorciste ordinaire de par son arme de type symbiotique et son œil droit. Cet organe lui permet en effet de reconnaître les akumas des humains ordinaires en voyant l'âme du damné qu'il contient. Malédiction ou don, ce pouvoir lui provient d'une blessure liée à une attaque d'akuma - comme l'atteste le pentacle sur son front - mais pas n'importe lequel : son père adoptif Mana Walker que le jeune homme avait ramené à la vie après s'être fait leurrer par le Comte Millénaire. A l'instar des démons, son œil tend à évoluer pour devenir de plus en plus puissant mais également de plus en plus difficile à porter pour le jeune homme.
Si Allen est d'un caractère plutôt candide à son arrivée chez la Confédération de l'Ombre, il en apprend rapidement beaucoup (trop ?) sur un univers où les exorcistes doivent servir d'appât et remarque vite qu'il est bien avantagé vis-à-vis de ses camarades.
Bienveillant, généreux et protecteur, il est difficile de se rendre compte qu'il n'a que 15 ans lorsqu'il se lance à corps perdu dans la bataille, se moquant totalement des dommages qu'il pourrait subir, du moment qu'il parvient à abattre les akumas qui lui font face, ne pouvant omettre que ce sont simplement des humains piégés dans des monstres. D'ailleurs il s'attache très, voir trop vite aux gens qui l'entourent, pouvant aller jusqu'à protéger de sa vie une personne rencontrée il n'y a que quelques heures...
Assez efficace quand il s'agit de se perdre et tête en l'air, lui et Lavi forment un duo fameux quand il faut combattre ou aller faire une ânerie quelconque. Mais malgré son optimisme constant, son sourire et son caractère jovial, il n'en reste pas moins un adolescent prit dans un conflit qu'il ne comprend que trop bien...

Le Comte Millénaire : Derrière cette apparence burlesque se cache l'ennemi le plus redoutable des exorcistes : lui seul peut et sait créer les akumas, allant lui-même voir les humains pour les tromper. En plus de ses créatures, il sait s'entourer de tueurs d'exorcistes redoutables, ayant pour but de détruire l'humanité comme lors du premier déluge pour soit-disant la récréer de meilleure façon ensuite...
Vivant depuis de très nombreux siècles comme l'indique son nom, ce n'est pas du tout un adversaire à prendre à la légère, car il ne recule devant rien.

Rinali : Sœur cadette de Komui, elle est orpheline à cause d'une attaque d'akumas sur leur demeure et les exorcistes, voyant qu'elle était compatible avec les "blacks boots" (ou bottes noires mais ça en jette moins) l'amenèrent au quartier général contre son gré et durent même l'y enfermer pour l'empêcher de fuir.
Ce n'est que lorsque son frère rejoignit les exorcistes qu'elle y resta, ayant retrouvé sa seule famille.
Loin d'être le chat sauvage et farouche qu'on pourrait imaginer avec un tel passé, Rinali est une jeune femme douce, diplomate, à l'écoute et toujours prête à aider ses amis.
Et si ses réactions peuvent paraître exagérées vis-à-vis de ces derniers, c'est qu'elle s'inquiète beaucoup, peut-être de peur de tout perdre une nouvelle fois.

Komui : Chef du département scientifique européen des prêtres noirs (autres noms des exorcistes), Komui est un véritable fléau pour tous ses subordonnés qu'il appelle affectueusement "ses esclaves". Bosseur quand l'envie lui prend (c'est-à-dire pas souvent) et malgré la quantité effrayante de travail qui échoit à son poste, il prend un malin plaisir à faire travailler les autres, éviter le sien, créer des inventions stupides aussi inutiles que dangereuses ou encore soigner le bras d'Allen avec une technique douloureuse et (très) archaïque. En plus d'être excentrique et farfelu, Komui est très attaché à sa sœur et elle est probablement la seule à savoir amadouer ce dernier.Cependant, lorsqu'il devient sérieux, c'est que la situation est grave et il est alors (et seulement) un très bon meneur d'homme.

Kanda : Le peu que l'on puisse dire, c'est que Kanda n'est pas quelqu'un d'aimable ni de vraiment sociable : il juge la situation actuelle comme une guerre totale et de cette façon ne prend aucun combat, aucune opportunité à la légère, n'hésitant pas à utiliser son innocence, Mugen, présente sous forme de katana -et pas uniquement contre les akumas.
Si froid est un mot qui le résume parfaitement, il n'en est pas moins méprisant, impitoyable et ne cherche pas du tout les relations avec les autres. D'ailleurs son prénom est Yuu et non Kanda mais il exècre qu'on l'appelle ainsi, preuve peut-être qu'il ne veut pas de rapport avec les autres...
Doté d'une animosité réciproque envers Allen, et ce depuis leur première rencontre, les deux jeunes hommes n'en restent pas moins des exorcistes, qui, de gré ou de force, doivent combattre ensemble, même si les placer sur le même front créerait plus de problèmes qu'autre chose...

Lavi : Ce jeune homme est destiné à devenir le successeur de Bookman, ce qui n'en fait pas exactement un exorciste, son rôle l'obligeant logiquement à rester passif et ne pas intervenir dans la bataille pour pouvoir être le réceptacle du savoir futur. Mais il a le plus grand mal à se contenir et rester spectateur quand ses camarades se font attaquer, erreur que son mentor lui rappelle à plusieurs reprises.
Cette situation est d'autant plus difficile qu'il possède un très grand sens de l'amitié et de la solidarité, doublé d'un marteau à taille variable qui lui sert d'arme anti-akuma très efficacement.
De trois années l'aîné d'Allen, il n'épargne pas ce dernier de quelques remarques stupides lors de leur première rencontre après quoi les deux jeunes hommes vont beaucoup s'attacher l'un à l'autre du à leur caractère similaire, autant du point de vue de l'insouciance que de la détermination.

Timcampy : Crée par le maître d'Allen, le maréchal Marian Cross, Timcampy est un golem pas plus gros qu'une balle de tennis qui permet de contacter le QG des exorcistes, retenir des informations, ect. Presque de la technologie avant l'heure.
Accompagnant presque constamment son propriétaire, sauf quand il se fait manger par un chat, (Timcampy, pas Allen), la petite créature possède pas mal de ressources, comme par exemple une paire de dents bien aiguisées ou une vitesse impressionnante.
Si ce golem est unique, les autres exorcistes en possèdent également, mais ceux-ci ressemblent tous à un genre de chauves-souris noires. On peut par ailleurs souvent apercevoir Kanda en compagnie du sien.

Etant un shônen, on retrouve dans DGM (D.Gray-Man) quelques clichés de ce genre : un héros commençant l'apprentissage d'une fonction hors du commun, des combats, ainsi qu'une certaine immortalité conférée aux personnages principaux.
Quoique, contrairement à la plupart du temps, le dernier point pourrait être justifié par un soucis matériel car il n'y a pas une grande ribambelle de protagonistes, vous avez pu le constater à la présentation, que ce du côté des adversaires comme des adjudants. Ce n'est d'ailleurs en aucun cas gênant ou déplaisant car ces derniers sont vraiment travaillés, tant du côté du caractère, des réactions ou du passé que du chara-design, nous offrant au final des héros vraiment complets et attachants.

D'autre part, au niveau du coup de crayon, c'est vraiment bon avec beaucoup de travail quant aux tenues, leurs détails mais aussi les visages et les expressions qui transmettent à merveille les émotions. Par exemple, en plein combat, Allen peut ressembler à un démon tandis que quelques chapitres plus loin il sourit innocemment. Ce genre de contrastes s'applique également à d'autres situations, renforçant la complexité et complémentarité entre personnages et crayonnés.

Cependant, tout ne pouvant pas être parfait visuellement, le point faible de Hoshino semble être les quelques combats mettant en jeu des éclats de lumière et/ou des propulsions, qui sont alors un peu fouillis, dans le sens où l'on doit observer à deux ou trois reprises l'enchaînement des cases pour pouvoir visualiser ce qui se passe. Cependant cela reste assez rare comme événement, une à deux fois par volume, grands maximum (car on ne se fait pas projeter en brillant à tout les coins de rue).

Mais les dessins et les personnages ne sont bien sûr que les serviteurs que d'une chose : le scénario, donc abordons cet élément crucial qui ne peut pas être omis dans cette œuvre au titre dont la signification me laisse encore perplexe, le tour de force étant de réussir à nous présenter un univers à la fois sombre et chaleureux.
Le premier élément provient de l'atmosphère générale, assez morbide puisque les akumas sont des morts devenus des monstres et que les protagonistes livrent une guerre où une erreur suffit à causer leur perte, effet renforcé par le fait qu'Allen puisse voir ces morts et y soit de cette façon lié personnellement.
Et pourtant, malgré cela, ce n'est pas un manga qui ne prête pas à sourire, bien au contraire : les scènes comiques ont une belle place et sont presque toujours présentes, quelques soit le genre de situation. Mises en œuvre particulièrement par Allen, Lavi et Komui, personnages haut en couleur qu'il est dangereux de réunir pour leurs camarades et délicieux pour les lecteurs, ces passages humoristiques permettent, en plus de détendre l'atmosphère, de montrer une nouvelle fois ce que sont les exorcistes : des adolescents voire de grands enfants par moment.

Petite annecdote pour finir : dans le rabat du 1er volume, on peut voir « Ne lisez ce manga que si vous avez du temps à perdre » mais je trouve ça complètement faux : ce manga ne se lit pas quand on a du temps à perdre mais plutôt quand on veut découvrir une fabuleuse histoire, qui ne m'a pas laissée de marbre par son originalité et sa mise en œuvre.
, le 18.09.2006

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original D.Gray-Man
1ère parution
Genre(s) Non défini, Aventure, Comédie, Historique
Volume(s) En cours
Auteur(s)
Éditeur Glénat
Recommander & partager
otakus aiment cet article sur D.Gray-Man.
Autres articles de Shisaï
Rechercher un article
Acheter D.Gray-Man
Nos heureux partenaires