Area D - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Area D

Douze ans avant le manga, il y eut l'explosion d'Antarès, une étoile. Personne n'a pu l'expliquer, et personne ne pouvait prévoir ce que cela allait déclencher. Après cet événement, dans les secondes qui suivirent,
certaines personnes se mirent à développer d'étranges pouvoirs de toutes sortes, plus ou moins dangereux. Ces personnes sont appelés des Atteints, ou Altered (pour la version manga papier). Ils sont craints et pourchassés dans le monde entier. Une île-prison a été créée spécialement pour eux : Area D, un lieu sans foi ni loi ou seuls les plus forts survivent. C'est sur le bateau qui mène à cette île que nous découvrons Satoru Îda, un Atteint qui va devoir se battre pour survivre, avec l'aide d’alliés tous plus inattendus et sympathiques. Ensemble, ils lutteront pour pouvoir affirmer leur statut d'êtres humains et découvrir ce qui se trame sur cette mystérieuse île.
Satoru Îda : C'est un Atteint qui peut détruire tout ce qu'il touche. Son pouvoir est appelé l'Horloger, ou Watchmaker, ou Auto-mécano (dans la version papier, mais c'est vraiment pas beau). Il est peureux et trouillard, pourtant quand il est acculé, il peut se montrer déterminé et prêt à tout. C'est lui qui libérera Jin au début du manga et lui permettra de former leur groupe d'amis.

Jin Kasaragi : C'est un atteint de rang-S (donc très très puissant et dangereux), c'est Sotaru qui le libérera de son conteneur. Son pouvoir est celui de copier le pouvoir des autres, Mimétisme, mais en plus de ça il a une capacité d'analyse qui lui permet de contrôler rapidement les pouvoirs des autres au même niveau qu'eux, voir parfois mieux que son propriétaire. Il semble très attaché à Mika, une petite fille, et est venu sur cette île à la recherche de quelqu'un. Personnage mystérieux, mais pourtant droit dans ses bottes, on découvre son passé au fur et à mesure des tomes sans se lasser.

Kaito Yuuki : Il paraît très manipulateur au début du manga mais se révèle être quelqu'un de très gentil qui s'attache à ses amis, d'ailleurs il deviendra très proche de Mariko au fur et à mesure des tomes. Sa capacité est appelé la Maison Vide, qui lui permet de faire rentrer des choses dans son corps dans les même proportions que celui-ci. On apprend finalement qu'il est lui aussi dans cette prison dans le but de retrouver quelqu'un.

Rio : C'est une jeune fille plutôt mystérieuse qui aide à plusieurs reprises Sotaru et les autres, mais on ne sait pas vraiment pour quel camps elle est. Son pouvoir Shadow Play, lui permet (littéralement) de jouer avec les ombres, passant dedans et se déplaçant de l'une à l'autre. Sinon elle a la fâcheuse manie d'en sortir nue, ce n'est pas précisé si c'est à cause de sa capacité, (espérons le, sinon c'est juste une nudiste).

Mika : C'est une petite fille que l'on a enfermée dans un conteneur en lui faisant croire qu'elle était un monstre uniquement là pour tuer, ce qu'elle s'appliquait du coup à faire jusqu'à ce que Jin lui montre la vérité : qu'elle est toute aussi humaine que tout le monde. Depuis, elle voue une grande admiration pour Jin et l'aime comme un grand frère. Sa capacité Space Eater, permet (littéralement) de dévorer ce qu'elle veut dans des sphères dimensionnelles. Pour être clair : tout ce qui se trouve dans une de ses sphères disparaît dans une autre dimension.

[capital]Ce manga, typiquement shonen, ne compte encore que 3 tomes en France pour 7 au Japon. Quand on découvre ce manga, et qu'on remarque 'Atteint' et 'mutation', on se dit "Encore une histoire répétitive avec des mutants, un remix de X-men". Mais c'est tout le contraire. Déjà, pour reprendre le point principale de l'histoire, les mutations, celles-ci ne sont pas, comme on a pu le voir dans X-Men, dues à l'évolution, mais bien à l'explosion de l'étoile. Chaque mutation est surprenante et intéressante et c'est à chaque fois une nouvelle découverte. Même ceux qui se transforment en bête ne sont pas laissés pour compte, (certains ne sont vraiment pas beaux, mais c'est généralement fait exprès). Si on prend Gozu, le boss du Sud de la prison Area D, sa transformation en bête est juste très belle et très bien dessinée, et surtout très bien développée, n'étant pas juste du bourrin pour du bourrin.

A propos des dessins, vu qu'il y a un dessinateur et un scénariste, ils sont très beaux, très minutieux sur les mutations, et sont un vrai plaisir pour les yeux. Les illustrations de couvertures sont souvent très simples, à part la 6, mais quand on regarde les illustrations en début de tome, ou à la quatrième de couverture (comme celle au début de la partie 'Histoire' ou celle ci-dessus), c'est juste une explosion de couleurs bien choisies et ravissantes. Et puis, vive le fan-service (personnellement, je ne suis ni vraiment pour ni vraiment contre tant qu'il y a des limites) et dans ce manga, il y en a. Mais autant pour les hommes que pour les femmes ! Et ça, ça fait plaisir ! Je veux dire, il n'y a pas juste le héros super beau, Jin, il y en a pour tout les goûts ! Et pourtant je suis compliquée. Si je devais reprocher une chose au dessin, et encore c'est vraiment pour trouver quelque chose à redire, ce serait que les tablettes de Jin sont exagérées. Mais, le dessin ne fait pas tout, le scénario a aussi son importance.

Venons-en au scénario. Area D reste un shonen, ce qui fait partie des « mauvais côtés ». On enchaîne combats sur combats avec notre super-héros : Jin. Pourtant, les combats restent justifiés et font tous avancer l'histoire et permettent même d'apprendre certaines choses. Je pense, pour ceux qui liront, que le combat de Jin contre Goz reste un des meilleurs et un des plus touchant, parce que dans les combats ce n'est, généralement, pas juste deux adversaires qui s'affrontent mais deux idéologies et deux personnes. L'intérêt est donc que ce n'est pas du combat pour du combat, comme on pourrait le craindre. Et puis, pour un héros, Jin a plutôt la classe, il a un pouvoir intéressant et plutôt inattendu pour le personnage principal. On s'attendrait plus à ce qu'il détienne le pouvoir le plus puissant du manga alors qu'il se contente de copier celui des autres. Il en est de même avec son background très original et travaillé qui ne tombe pas dans le cliché, tout en gardant une part importante d'émotions pour le lecteur. Kyouichi, le scénariste, fait du très bon travail en réussissant à mêler un univers de combats et de sang sur fond de lutte pour les droits des Atteints à être reconnus comme des êtres humains avec un cœur et des sentiments. On voit ça dès le premier tome, ce qui est quand même très impressionnant quand on y pense ! Le chef du bateau est présenté comme un anti-Atteint profond, pourtant à la fin, il en vient à les considérer autrement, car on voit qu'au final, Atteints ou humains, il y a du mauvais dans les deux, et aussi surtout du bon !

Je ne vais pas m'étendre plus pour ma critique. Sur la question des personnages, j'ai distillé un peu tout le long. Je m'arrêterai seulement sur un point : j'ai lu des commentaires disant qu'Area D reprenait beaucoup Deadman Wonderland. Intrigué et un peu déçu que ce manga soit juste un plagiat d'un autre, je suis allé regarder cet anime pour me faire ma propre opinion et vous donner un avis objectif sur les deux mangas. Et franchement, je n'ai pas du tout trouvé que c'était repris, donc je vais vous montrer les différents points qui ont été reprochés :

- les capacités : dans Area D, les personnes atteintes contrôlent tous un pouvoir différent plus ou moins puissant. Dans Deadman, il existe certaines personnes pouvant contrôler leur sang. Là, objectivement on peut peut-être y penser parce qu'ils ont des pouvoirs mais dans Deadman, il est unique et encore pas acquis dans les même circonstances (pour ne pas trop spoiler) !

- la prison : effectivement les Atteints et les Deadmans sont enfermés dans une prison, mais, à part que dans les deux c'est sans règles et que celles qui existent sont tordues, c'est très différent : dans Deadman, la prison est un simulacre de grand parc d'attractions alors que dans Area D on dirait simplement un quartier malfamé. J'ai cherché et le seul parc d'attraction d'Area D est abandonné comme vous pouvez le voir plus haut.

- le personnage traumatisé et apeuré : c'est vrai que Sotaru et Ganta (dans Deadman Wonderland) se ressemblent mais ne se trouvent pas là pour la même raison ! Et n'auront d'ailleurs ni les mêmes réactions ni les même actions.

Il est vrai qu'Area D reste un manga assez banal dans le scénario avec un phénomène étrange qui crée des capacités tout aussi étranges, un héros pour changer le monde, une fille kawaï (ça aussi c'était dans les reproches d'ailleurs alors que oui, il y a bien deux filles toutes nues dans les deux, mais dans ce cas là, autant faire aussi un rapprochement avec Neko dans K-project tant qu'on y est), et un monde obscur et vraiment horrible envers eux. Pourtant, il reste intéressant par les différentes actions et réactions des personnages qui ne sont pas forcement celles auxquelles on pouvait s'attendre. On retrouve aussi des thèmes repris mais travaillés de façon intelligente et intrigante qui donnent envie de voir comment l'histoire va évoluer tout du long.
Avec un début un peu lent, Area D finit par prendre son rythme de croisière (sans mauvais jeu de mots) et nous entraîne d'actions en actions tout en parsèmant quelques informations qui ne donnent qu'envie d'en savoir d'avantage.

Area D reste un shonen ponctué de beaucoup de combats, ce qui ne plaira pas forcement à tout le monde. Mais après, quand on signe pour un shonen faut assumer (regardez Dragon Ball, j'adore mais j'ai envie de dire, les combats, il y a presque que ça).
L'univers reste assez étrange mais la multitude de personnages et la divergence des caractères et des backgrounds de ceux-ci laissent une grande place aux choix du lecteur qui ne peut que finir par trouver son bonheur.

Le manga n'est pas fini et on ne peut que croiser les doigts pour que cela continue aussi bien, en espérant qu'il ne finisse pas par tourner en rond. En tout cas les derniers scans montrent le contraire avec de nouveaux rebondissements des plus inattendus !
, le 25.11.2014

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Area Dī inō ryōiki
1ère parution
Genre(s) Non défini
Volume(s) En cours
Auteur(s)
Éditeur Pika
Recommander & partager
otakus aiment cet article sur Area D.
Rechercher un article
Nos heureux partenaires