Love Hina - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Love Hina

Love Hina
Tout commence par une promesse entre deux enfants amoureux : celle de grandir ensemble. Mais elle fut bien vite détruite par le déménagement de la petite fille, cependant, ils se firent le serment d’entrer à Todai (Tokyo Daigaku, l’université la plus prestigieuse du Japon) ensemble.
Nous retrouvons donc Keitaro Urachima, 15 ans plus tard, désormais SFF (sans fac fixe) et essayant désespérément d’entrer dans l’université promise malgré ses notes catastrophiques. Ses parents n’ayant plus assez d’argent pour lui financer ses échecs scolaires lui « propose fortement » de quitter le foyer familial pour aller habiter dans la pension de sa grand-mère. Il suit donc les sympathiques conseils familiaux pour aller dans la pension Hinata, devenue une pension pour jeunes filles, chose totalement ignorée du jeune homme, qui, dès son arrivée, essaye la source chaude, histoire d’évacuer le stress sûrement...
Il y rencontre ainsi Naru Narusegawa, une lycéenne (visant également Todai) totalement myope qui ne met pas longtemps à le confondre avec une autre pensionnaire. Après avoir dévisagée Keitaro, la jeune fille déclanche l’alerte dans tout le bâtiment qui croit à l’arrivée d’un voleur pervers.
Après quelques explications, il fut reconnut par sa tante Haruka et laisse penser qu’il est étudiant à Todai, ce qui n’est pas du tout le cas, mais apparemment, ce fut une très bonne méthode pour pouvoir rester habiter dans la pension...

Keitaro Urachima : Keitaro, en étant à 2 ans d’essais pour entrer à l’université de Todai, ne se décourage aucunement, boosté par la promesse qui reste gravé dans sa mémoire (malgré que ce souvenir soit très vague, à tel point qu’il ne se souvient ni du nom, ni du visage de la jeune fille en question). Devenu par la suite gérant de la pension Hinata, on ne peut pas dire que les pensionnaires en questions lui laisse la vie facile, mais cependant, il sait garder son calme. Plutôt maladroit, le jeune homme parait être maudit à ne jamais être la où il faut, mais malgré tout, c’est quelqu’un de naturellement agréable.

Naru Narusegawa : Naru, âgée de 17 ans, a pour objectif d’entrer à l’université de Todai et y sacrifie d’ailleurs énormément de temps, mais pas inutilement puisqu’elle est en tête de liste à l’examen préparatoire. Ayant des rapports plus que violents envers son voisin de chambres d’en dessous (elle ne rate jamais une occasion de le frapper), qui la surprend souvent en petite tenue, elle peut aussi dévoiler une personnalité tendre et agréable.

Kitsune Konno : Mitsune, ayant prit le surnom de Kitsune, qui signifie renarde, a un peu adopté le *la vie est simple, boire, manger et dormir*. Elle n’a pas réellement de travail fixe, elle enchaîne les petits boulots les uns après les autres, pour pouvoir payer la pension, mais aussi pour s’acheter du saké et jouer au tiercé. Etant passionnée par la relation qu’entretiennent Naru et Keitaro, elle se trouve une véritable plaisir à les rapprocher l’un de l’autre.

Sû Kaora : Sû est une jeune fille très vivante et presque sauvage, elle a transformé sa chambre en une vrai jungle (non non, c’est pas du second degré xD) qu’elle partage d’ailleurs avec Motoko. Elle porte un grand intérêt à fabriquer des machines destructrices, et en particulier, testées sur le gérant de la pension qu’elle aime aussi beaucoup frapper. Elle à un grand désir de retrouver sa famille qui est restée dans son pays d’origine.

Shinobu Maehara : Shinobu est une jeune fille très timide et complexée, mais en revanche, très serviable, et c’est la seule du bâtiment à savoir cuisiner de façon à ce que ce soit mangeable. Malgré son manque de confiance en elle, la jeune fille est quelqu’un de très agréable et attendrissante, lorsqu’elle connaît bien ses interlocuteurs, et elle répond toujours présent lorsqu’on a besoin d’elle.

Motoko Aoyama : Motoko, n’étant âgée que de 15 ans, est une experte en kendo, et a pour objectif de devenir une grande guerrière. Elle ne veut entretenir aucune relation avec les garçons pour éviter à tout prix de suivre le chemin de son aînée. Elle est très patiente, et pour cause, elle est la seule à pouvoir supporter sa camarade de chambre. A l’arrivée de Keitaro, on ne peut pas dire qu’ils entretenaient des relations en douceur, car la jeune fille ne manqua pas d’essayer ses techniques sur le gérant, mais leurs rapports s’arrangeront au fil du temps...

Love Hina est un shôjo vraiment agréable à lire, de par la qualité du coup de crayon de Ken Akamastu, mais aussi par le scénario toujours rebondissant. On pourrait très bien se dire que lire 14 volumes juste parce qu’un garçon n'arrive pas à entrer en fac et qu’il est gérant d’une pension pour filles est ennuyeux ... mais pour cause, on ne s’ennuis jamais. Les personnages attachants donnent toujours envie de savoir ce que la suite leur réserve, comment leurs problèmes vont s’arranger et on attend bien sûr que les héros avouent leurs sentiments l’un pour l’autre, mais il ne faut surtout pas penser que c’est « les feux de l’amour » dans un bouquin dessiné par un mangaka, car c’est bien plus que ça, et l’humour est aussi au rendez-vous ! De nombreuses scènes confirment l’immortalité de notre héros, qui ressort toujours intact de ses nombreux coups de katana et coups de poings tellement fort qu’il va aussi haut que les étoiles ! (mais non je me moque pas). Mais malgré tout, ce manga mérite bien d’être la référence shôjo car c’est vraiment prenant et je ne peux rien faire d’autre que vous le conseiller.
, le 14.08.2006

Commentaires 2

Note moyenne des commentaires : 1 2 3 4 5
Photo
Tulken Voir le profil
06.05.2013 à 19h29
Mon premier manga aussi ^^ je suis entrain de le relire en plus.
Photo
1 2 3 4 5
Keyzanh Voir le profil
09.12.2012 à 15h44
Haaa Love Hina. Mon premier manga papier. Il est juste énorme. A tous ceux et celles qui ne l'ont pas encore lus, je vous le recommende fortement. J'ai juste jamais trop compris pourquoi c'était un Shojo par contre. OK il est paru dans Shojo Magazine, mais je le trouve bien plus Shonen qu'autre chose, même le coup de crayon ne fait pas Shojo.
Bref, un manga excellent, qui ne prend pas la tête.
Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Love Hina
1ère parution
Genre(s) Amour & Amitié, Comédie
Volume(s) 14
Auteur(s)
Éditeur Pika Edition
Recommander & partager
otakus aiment cet article sur Love Hina .
Rechercher un article
Acheter Love Hina
Nos heureux partenaires