Happy ! - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Happy !

Miyuki Umino est une jeune fille de 17 ans peu banale. En effet, elle élève seule ses deux petits frères et sa petite sœur suite au décès prématuré de ses parents. Malheureusement, son cauchemar commence après avoir pris connaissance par ses créanciers d'une dette exorbitante entretenue par son frère Ieyasu, lui-même disparu.
Un choix va se présenter à elle : obéir à ses créanciers qui menacent de la mettre sur le trottoir ou alors de trouver l'argent par ses propres moyens. C'est ainsi que Miyuki Umino va tout tenter pour entamer une carrière de joueuse de tennis professionnelle.

Miyuki Umino : Personnage principal du manga.
Elle est la parfaite petite naïve qui croit que tout le monde ne lui veut que du bien.
Cependant, malgré l'acharnement du destin à abattre tout le malheur du monde sur elle, sa gentillesse, son courage et sa positivité ne la quittent pas. Elle va utiliser son talent inné de joueuse de tennis pour se sortir des dettes de son frère et réaliser ainsi son rêve.

Junji Sakurada et son assistant Momotaro Yamaguchi : Les créanciers.
Ce sont tout simplement des Yakuzas qui ont pour charge de récupérer la dette d’Ieyasu par n’importe quel moyen. L'assistant est un bêta tandis que l’autre, Junji Sakurada, n’a pas toujours voulu faire ce travail. Il va d'ailleurs s’avérer qu’il a plutôt bon fond. C’est également un des premiers à croire en Miyuki Umino et en son rêve.

Keichiro : C'est l'héritier du grand et reconnu club de tennis « Othori » qui fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider Miyuki financièrement et moralement.
Cependant, malgré sa fortune familiale, c'est sa mère qui contrôle tout et il ne sait pas lui tenir tête.

Utako Ohtori : La mère de Keichiro.
C'est la grande patronne du club de tennis « Ohtori », considéré comme l'un des plus grands du pays. Et elle porte en horreur les Umino, ce qui n'arrange en rien le parcours professionnel de Miyuki. Cette femme est une terreur et elle a les moyens de mettre à exécution tous ses plans machiavéliques qui lui permettront d'arriver à ses fins.

Kikuko Kakou : Une amie de Miyuki.
C'est une joueuse de tennis qui va passé pro, c'est le talent du club Ohtori qui doit contrer Choko Ryugasaki du club concurrent. Par la force des choses, elle va devenir une amie de Miyuki et ainsi être son meilleur soutien.

Choko Ryugasaki : La grande rivale et bien plus de Miyuki.
Elle est l'héritière du club de tennis Ryugasaki, concurrent de celui d'Ohtori. Il ne fait aucun doute qu'elle soit une grande joueuse et son passage en pro n'est qu'une formalité, surtout qu'elle est fortement plébiscitée par le public et les journalistes. Cependant, elle va prendre en grippe notre chère Umino pour différentes raisons relativement futiles.

Naoki Urasawa est devenu peu à peu une figure du manga de cette génération. Il possède de nombreuses récompenses prestigieuses grâce à différentes œuvres « connues » telles que Monster, 20th Century Boys et plus récemment Pluto.
Comme on peut le voir, cet auteur est un touche à tout et Panini Manga nous le démontre avec l'édition de Happy !, une œuvre antérieure à ses plus gros succès. D'ailleurs, je tiens à saluer l'initiative de l'éditeur pour être directement passé à l'édition De Luxe, plus intéressante pour le consommateur en terme de rapport qualité/prix.

Naoki Urasawa est un auteur empreint d'un style bien à lui qui est resté intact depuis cette époque, même s'il s'est affiné avec le temps. Dans Happy !, les dessins peuvent paraître à tort vieillots, vides et simplistes, mais ce serait passer outre la qualité d'expression des différents personnages et c'est sans compter le dynamisme et la vivacité des matchs de tennis. Les dessins en sont sans aucun doute un atout indéniable.
Happy ! est un manga de sport. En effet, notre héroïne va utiliser le tennis comme porte de sortie. On va donc assister à de nombreux matchs de tennis et ce très rapidement. Mais au-delà de ça, Happy ! est un drame familial. Elle est harcelée par ses créanciers qui menacent de la prostituer pour rembourser la fameuse dette de 250 millions de yens contractée par son frère disparu. Elle va tout faire pour protéger ses frères et sœurs, quitte à sacrifier son propre bonheur. Voilà ce qu'est Happy ! un hymne à l'optimisme.
Il faut également préciser qu'on évolue dans un monde réaliste et tout à fait plausible, exception faite de quelques situations rocambolesques qui prêtent à sourire, notamment le sort qui s'acharne sur notre pauvre héroïne. Il faut avouer que tout le malheur du monde s'abat sur Miyuki Umino et c'est vrai que ceci peut être un défaut tout comme une force, la naïveté des protagonistes étant à la fois agaçante et touchante. L'auteur en fait peut-être un peu trop, mais c'est pour que Miyuki puisse mieux rebondir.
Pour finir, il est vrai que certaines situations sont assez énervantes, comme dit précédemment le sort qui s'acharne, la naïveté des personnages, mais le summum vient surtout avec certains personnages particulièrement machiavéliques qui paraissent les plus gentils du monde. Il est monnaie courante de maudire certains protagonistes à la lecture du manga.

Happy! se pose comme un partisan à la positivité. L'héroïne se fait torturer par l'auteur et on adore ça même si on peut regretter certaines situations peu plausibles et exagérées.
Naoki Urasawa se pose une nouvelle fois comme une référence, la narration est impeccable et les expressions très justes et réalistes.
, le 21.01.2011

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Happy!
1ère parution
Genre(s) Drame, Magical Girl
Volume(s) 15
Auteur(s)
Éditeur Panini Manga
Recommander & partager
otaku aime cet article sur Happy !.
Autres articles de Le Rédacteur Anonyme
Rechercher un article
Acheter Happy !
Nos heureux partenaires