The Conductor - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


The Conductor

The Conductor
Depuis quelques temps, Naomi, jeune flûtiste de talent, fait un cauchemars récurrent. Un homme inconnu vêtu de noir tient un crâne entre ses mains...et la pousse dans les ténèbres. Perturbée, choquée et terrifiée, Naomi se résous alors à aller consulter un psychanalyste étrange...

Pendant ce temps, juste à côté de chez Naomi, un cadavre momifié et sans tête est retrouvé dans un appartement. Tout semble indiquer une mise en scène parfaitement calculée. Cela aurait-il un lien avec le cauchemars dont Naomi veut comprendre la raison ?

Et voila qu'elle est engagée avec ses amis pour jouer dans la pièce de "Hamlet" ! Et qui est le chef d'orchestre ? Une ancienne connaissance. Cela pourrait bien faire ressurgir un passé dont Naomi ne se souvient pas et qu'elle cherche à retrouver... pour le meilleur...ou pour le pire !

Kuchiki Naomi : Flûtiste particulièrement douée, Naomi est charmante, douce et rit tout le temps. Pourtant, elle ne supporte pas qu'un homme la frôle, et ses amis semblent tout faire pour lui cacher quelque chose...qu'elle semble avoir oublié, complètement. Jusqu’à ce qu'elle rencontre un psychanalyste, qui la met tout de suite à l'aise, et qui semble un peu trop clairvoyant et compréhensif. Avec son aide, Naomi prend sa décision : elle découvrira son passé disparu, les bribes de mémoires qu'elle a elle-même enfouies, le pourquoi de sa phobie, et ça coûte que coûte ! Même si cela met tout un groupe en danger...

Tamaki Kazuo : Pianiste ayant été promis à une grande carrière, il a hélas eu la paume de la main coupée dans une situation mystérieuse... Cette main le lance de plus en plus, à mesure que resurgit le passé. Kazuo est réactif, violent, jaloux et égoïste. Il est en couple avec Akiho, une violoniste faisant également partie du groupe, et son seul but semble être de vouloir la garder et la protéger à tout prix. Cependant, cette relation semble avoir elle aussi quelque chose à cacher, et est bien plus fragile pour lui que ce qu'il veut bien avouer. Son idéologie de vie ? "On ne peut construire son bonheur que sur le malheur des autres !"

Akiho Maya : Violoniste, donc, et non la moindre. Akiho est d'une grande beauté, mais cette physiologie apparente peut bien cacher des réalités douloureuses. Calme, froide, possédant beaucoup de réflexion, elle est en quelques sortes le pivot émotionnel du manga. Dans le passé, elle a été en couple avec Yasufumi, mais a en apparence tiré un trait sur cette relation... Cependant les tensions apparaissant l’amènent à se rappeler un crime advenu...et à remettre en question ses relations amoureuses et ses actes, notamment son choix ; "j'ai choisi d'oublier l'horreur pour vivre mon bonheur".

Yasufumi Yuki : Chef d'orchestre s'étant exilé il y a cinq ans, Yasufumi revient pour des raisons inconnues, et revoit ses anciens compagnons. Ramenant avec lui nombre de troubles, il n'est pas bien accueilli. Toujours épris d'Akiho, il n'a cependant tout simplement pas le droit d'être avec, suite à un pacte passé avec Kazuo. Ayant un air mélancolique qui peut se transformer en un air de véritable tueur psychopathe, il est en fait celui dont tous semblent le plus avoir peur, mais est pourtant le personnage le plus attachant du manga.

Nojima : Étrange personnage que Nojima. Il apparaît d'on ne sait ou et révèle à Kazuo des choses découvertes sur Yasafumi. Nojima est un personnage sur lequel on ne sait rien, à part ce qu'il veut bien nous montrer : qu'il compte bien écrire un scoop sur le chef d'orchestre. Car oui, Nojima est journaliste...

Dr Matsuzaki : Le psychothérapeute ayant pris en charge Naomi est un personnage restant de glace en toute circonstances. Visage impassible mais très engageant, il possède une intuition hors du commun !? En effet il dira dès le début à Naomi, avant que celle ci n'ai ouvert la bouche, pourquoi elle est venue le voir. Animé par des motivations inconnues, il l'aide et l'encourage à retrouver sa mémoire. Mais quel est son but véritable ?

Tsuyoshi Ishikura : L'inspecteur chef est un homme à double tranchant. D'un côté, le policier, cherchant à résoudre une affaire de meurtre(s) mis en scène, de l'autre, un homme qui connait bien les musiciens et qui semble avoir du mal à se faire à l'idée de les...revoir dans le cadre d'une enquête. Un homme qui est parfois animé de pulsion incontrôlables et malsaines, un homme violent, mais cependant très doué dans la résolution d'énigme et disposant d'une excellente intuition.

? : Il est celui qui a engagé Yasafumi dans l'orchestre. Ce dernier arrive à lui faire promettre 40 million se yens en échange de sa participation et de son soutien financier au départ. N'apparaissant pas beaucoup, cet intermédiaire possède comme tous une importance capitale, et le léger sourire satisfait et malicieusement sadique qui apparaît parfois sur ses lèvres en fera frémir plus d'un.

? : Dernier personnage important apparaissant dans l'histoire, l'inspecteur adjoint. Se faisant constamment réprimandé par son supérieur, il amène pourtant des indices très importants dans l'histoire racontée, et permet parfois l'avancée de celle ci. Apparaissant comme un idiot ayant été pistonné pour monter en grade, nous nous rendons compte qu'il faut toujours se méfier des apparences...


"Quand le dessinateur Nokiya de Darker than Black et le scénariste Manabu Kaminaga de Shinrei Tantei Yakumo se rencontrent, le résultat est un manga noir, avec des personnages aux lourds passés. "
Après "Judge" et "Doubt", on commence à se demander si Ki-oon n'affectionne pas particulièrement les thrillers psychologiques remplis d'enquêtes et d'histoires sombres.

Dans ce manga, pas de comique, sauf si l'on considère les oreilles apparaissant sur la tête de l'inspecteur adjoint lorsqu'il se fait réprimandé comme preuve de comédie.
Au contraire, une ambiance sombre et macabre, qui nous prend à la gorge dès le début pour ne plus nous lâcher jusqu’à la toute fin. C'est bien simple : vous finissez le manga, et le monde vous apparaît comme étrange et décalé... irréel. Vous y repensez, encore et encore, vous décortiquez...vous continuez l'histoire.

Shojo ?

Graphismes nous faisant en effet penser parfois à un shojo. Et oui, que de personnages magnifiques et différents dans ce manga, dessinés avec délicatesse ! Garçons efféminés et filles charmantes, hommes ténébreux et et mystérieux se battant pour le cœur d'une femme... Tout cela nous fait irrésistiblement penser à un manga catégorie jeunes filles.

Cependant, la classification est selon moi totalement incorrecte.
Appelons-nous shojo un manga macabre rempli de crimes, de meurtres, de complots et d'histoires horribles ?
Certes, un manga fin, au traits élancés, mais tellement glauque que la jeune et fragile adolescente lisant ceci sera choquée à vie !

Et il faut le dire, le graphisme, bien qu'élancé, est parfois extrêmement violent, très efficace pour véhiculer des sentiments repoussants. Efficacité recherchée, communication directe, osmose parfaite avec l'histoire. Shojo ? Vraiment ?



Développement

Justement, parlons de l'histoire. Glauque, froide, macabre, je l'ai répété et répété... Cependant on ne peut réduire ce magnifique scénario tordu à ces simples qualifications.
Un chose sur laquelle toute l'histoire est basée est les sentiments ; jalousie, frustration, amour, amitié, sadisme... Tous sont mélangés, se complètent et se répondent dans un foisonnement captivant de scénarios différents.

L'histoire est riche, pleine de rebondissements. Pour comprendre, ou tout du moins pour tenter, il nous faut plonger dans les tréfonds les plus sombres de l'âme humaine, par l'intermédiaire de ses personnages.
Il se dégage d'ailleurs très vite de ces derniers des émanations inquiétantes qui préparent dès les premières pages à ce thriller psychologique rempli de manipulations vengeresses.

Voila d'ailleurs le point fort de l'histoire, ce qui séduit les lecteurs et les laissent pantelants à la fin des quatre tomes. Ce n'est pas un slasher, une simple mise en scène de meurtres, mais bel et bien un thriller traitant de manipulation mentale, schizophrénie, culpabilité... une large profusion psychologique qui rend ce titre véritablement passionnant. Le philharmonique de cette histoire est les sentiments, on le ressent, on est fascinés par la bassesse de certains, manipulés par le manga.
Les humains ont une facette sombre, cela ne fait aucun doute. Si l'amour amène la joie, il apporte également les conflits, la jalousie...les crimes.

La narration convient parfaitement à cette ambiance, cette critique. Un rythme faussement lent est instauré, cependant, on jongle à une vitesse ahurissante entre les différents personnages. Chaque chapitre est d'un point de vue différent, chaque personnage a ses propres flashbacks du passé.
On devine de nombreux non-dits, des rivalités et révélations plus ou moins difficiles à cacher et à porter.
Des liens sont donc créés aussi grâce à cette alternance...mais cela permet aussi de brouiller les pistes, amenant à un dénouement remarquable et totalement inattendu.

Personnages

Deux points négatifs sont présents dans ce manga, minimes mais présents.
Tout d'abord les personnages ont tous l'air d'avoir le même âge, ce qui peut perturber le lecteur, parfois. L'inspecteur à l'air d'un jeune de 20 ans... Il doit en avoir 35 ?
Point légèrement plus dérangeant, Naomi. Cette jeune fille est présentée dès le début de l'histoire comme étant le personnage principal, et c'est elle qui manque le plus de charisme ! Elle n'est simplement pas attirante pour le lecteur, apparaît comme égoïste et un peu trop idiote parfois. Contraste saisissant, les autres personnages sont parfaits !

Mise à part ces deux légers problèmes, les personnages sont excellents. Au départ, ils évoluent en duos : Naomi et le docteur, Kazuo et Akiho, Yasafumi et le mystérieux metteur en scène... Mais très vite, les groupes se dessoudent, d'autres liens se créent, perdant un peu plus le lecteur dans un embrouillamini d'informations toute plus importantes les une que les autres.

Tout les personnages sont manipulés par un chef d'orchestre inconnu, un "conductor"...et se manipulent ainsi entre eux. D'ailleurs, fait intéressant, tous ont des noms de chefs d'orchestres connus...

Manga inclassable magnifique et envoûtant, dont le lecteur sort bouche bée et complètement en dehors de sa réalité. Malgré deux minces problèmes à peine remarquables, on est captivés par les méandres et la fourberie dont sont capables les esprits humains. Thriller psychologique presque parfait, le choix de la série courte en seulement quatre volumes conviens parfaitement...

On remarque deux références importantes et quasi instantanées dans l'esprit du lecteur : Hamlet de Shakespeare, pièce sombre superbe, et Black Swan, dont l'ambiance de complot et le secteur artistique de "Conductor" se rapprochent, à la seule différence que "Black Swan" parle de danse, et qu'ici, la musique est au rendez-vous partout, dans les personnages, l'histoire, les complots.

Crimes en musique ou vous serez guidés au rythme lancinant d'un orchestre dévastateur, laissez vous emporter par la musique sombre et glaciale, et pourtant si révélatrice, au cœur des événements du présent et du passé...
, le 17.02.2013

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Conductor
1ère parution
Genre(s) Drame, Historique
Volume(s) 4
Auteur(s)
Éditeur Ki-oon
Recommander & partager
otaku aime cet article sur The Conductor.
Autres articles de tarask le rouge
Rechercher un article
Acheter The Conductor
Nos heureux partenaires