Golgo 13 - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Golgo 13

Golgo 13 fait partie de ces légendes de la culture japonaise dont on ignore souvent l’existence en Occident. Lorsqu’on demande à quelqu’un ce qu’il considère comme étant une longue série de manga, on vous citera inlassablement Naruto, Bleach ou autre One Piece.
Et ce ne sera pas tout à fait incorrect. A l’heure où cet article est rédigé, ces trois séries comptent une soixantaine de volume (70 pour One Piece). C’est malheureusement loin, très loin des 169 volumes que compte Golgo 13.
Le manga de Takao Saito a fait ses débuts en 1969 dans le magazine Big Comic et il s’agit à ce jour de la plus longue série de manga encore en publication et d’une des séries les plus vendues en termes de nombre de volumes avec 200 millions d’exemplaires. Forte de ce succès, une adaptation animée devait forcément voir le jour, mais ce ne fut pas le cas avant 2008 (notons tout de même qu’un film et un OAV sont sortis respectivement en 1983 et 1998).

Golgo 13
est un tueur à gages professionnel. Il est même le meilleur dans son domaine. A tel point que tous font appel à lui : barons du crime, riches milliardaires ou même gouvernements, chacun sait que le meilleur moyen de se débarrasser d’un individu gênant est de faire appel au meilleur assassin de la planète.
Car Golgo 13 ne se contente pas de tuer sa cible en toutes circonstances, il sait aussi éliminer toutes les preuves gênantes et disparaître sans laisser la moindre trace. Un vrai professionnel dont la froideur constante n’a d’égal que son talent à séduire la gente féminine.

A la première lecture, on peut trouver le synopsis un peu léger. Golgo 13 est le meilleur assassin de la planète. Point. Pourtant, c’est vraiment à ça que se résume toute la série : chacun des 50 épisodes raconte un des contrats de Golgo 13 et se contente de ça. Vous pouvez regarder les épisodes dans n’importe quel ordre, cela ne changera absolument rien à votre expérience puisque chacun des meurtres de Golgo 13 est indépendant et n’a aucun lien avec les autres.
Mais malgré un concept aussi limité, il y a toujours une certaine originalité avec les différents contrats de notre professionnel. Les situations, les environnements, les lieux, les commanditaires, les cibles : il y a énormément de variété, à tel point que chacun des épisodes est vraiment différent des autres. Si la plupart du temps, nous suivons Golgo 13 en train d’exécuter sa mission, depuis la réception du contrat jusqu’à ce qu’il abatte sa cible (en passant bien sûr par tous les préparatifs nécessaires), il existe cependant des épisodes qui rompent avec ce schéma. Dans ceux-ci, il peut nous arriver de suivre un détective en train d’essayer à tout prix de prouver la culpabilité de Golgo 13. Dans un autre, on pourra observer toutes les tentatives d’une cible pour échapper au contrat qui pèse sur sa tête. Il y a même certains épisodes où les actions de notre professionnel sont tout à fait secondaires et où toute l’histoire se concentre sur un personnage n’ayant rien à voir avec le contrat, mais dont la vie va être bouleversée après avoir rencontré Golgo 13.

Cette variété de situations est une véritable bénédiction. Car si le personnage de Golgo 13 dispose d’une classe et d’un charisme indiscutable, il est terriblement plat. Aucun sentiment, aucune émotion, juste une machine à tuer respectant un certain nombre de règles destinées à garantir la bonne exécution de ses contrats. Cela pourrait passer si le reste du casting rattrapait le coup, mais Golgo 13 est le seul personnage récurrent de l’anime (à l’exception d’un ingénieur qui fait des apparitions de moins d’une minute dans une poignée d’épisodes). Tous les autres personnages n’apparaissent jamais plus que dans un seul et unique épisode. Ainsi, le seul auquel il serait possible de s’attacher ne fait preuve que d’indifférence et de froideur. Même dans un des épisodes où il perd la mémoire, Golgo 13 ne laisse rien transparaître.

Parlons rapidement des graphismes. Le constat sera vite fait : c’est laid.
Ce jugement semble peut-être extrême, mais je tiens à rappeler que Code Geass et Gurren Lagann sont sortis un an auparavant. Mais au niveau de la qualité visuelle, nous sommes à des années-lumière. Je sais, le budget n’était peut-être pas le même. Je sais, ils avaient peut-être des raisons ou des contraintes. Mais tout est fixe dans cette anime : les décors n’ont pas la moindre vie, les foules ne sont souvent qu’une image statique avec du brouhaha rajouté en fond sonore et même certaines scènes de combats se limitent elles-aussi à des images fixes avec quelques effets pour donner un semblant de dynamisme. Pourtant, ils étaient capables de faire mieux, comme le montre l’avant-dernier épisode qui utilise un rendu 3D du plus bel effet.

En ce qui concerne la galerie de personnages, un effort a été fait pour leur donner à tous une personnalité différente. Il est possible de retrouver quelques archétypes par endroits, mais en général, ils restent suffisamment différents les uns des autres pour qu’on n’ait pas la sensation de regarder la même chose une cinquantaine de fois.
Au niveau du son, rien de vraiment mauvais, mais rien de très bon non plus. Les doubleurs sont corrects sans être exceptionnels et les musiques sont un tantinet répétitives, mais savent fort heureusement se faire discrètes.

Là où l’anime se rattrape, c’est sur l’ambiance générale. Le monde de Golgo 13 se résume aux crimes, à la violence et aux femmes. Et cet environnement symbolisant la décadence de l’humanité est très bien représenté : l’univers est sombre, malsain, repoussant. Mais la curiosité nous pousse à vouloir en savoir davantage. Car tous ces personnages patibulaires qui apparaissent au fil des épisodes nous intriguent inconsciemment. Et on se retrouve à avoir envie de découvrir qui sera le suivant sur la liste de Golgo 13.

Golgo 13
est-il un bon anime ? Non. Définitivement non. Et le fait qu’il dure 50 épisodes ne rattrape pas cette qualité médiocre. Surtout qu’il n’y a jamais véritablement de surprise : Golgo 13 est le meilleur tueur à gages du monde, donc évidemment qu’il parviendra à tuer sa cible. La vrai question, c’est comment. Ou pourquoi. Ou qui. Ou quand. Ou où. C’est là la vrai force de Golgo 13 : ce n’est pas un anime qu’on regarde d’une traite en se demande ce qu’il va se passer par la suite. C’est un anime dont on regarde un épisode de temps en temps (même choisi au hasard, puisqu’il n’y a pas de continuité) et où on apprécie l’ingéniosité du meurtre, les magouilles des protagonistes, les environnements originaux, les enjeux du contrat…
Ce n’est ni le scénario, ni les personnages qui font apprécier cet anime. C’est tous les petits détails qu’il y a autour. Mon conseil ? Essayer trois ou quatre épisodes au hasard. Vous verrez rapidement si vous êtes susceptibles d’apprécier l’anime ou si ce dernier n’est définitivement pas fait pour vous.
, le 08.11.2013

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Golgo 13
1ère parution
Genre(s) Non défini
Épisode(s) 50
Auteur(s)
Statut Non licencié
Recommander & partager
Personne n'a voté pour cet article sur Golgo 13.
Autres articles de Kira5
Rechercher un article
Acheter Golgo 13
Nos heureux partenaires