Shinigami no Ballad - Otaku-Attitude - Plus qu'une passion, un mode de vie !


Shinigami no Ballad

Shinigami no Ballad
Sous son apparence de petite fille candide et pure, Momo se trouve être une Shinigami, celle qui annonce et donne mort, toujours accompagné par son chat aux ailes de chauve-souris, Daniel. Ce dernier porte d'ailleurs une clochette autour du cou, dont les futurs défunts entendent plusieurs fois la sonnerie avant de partir, une façon de le prévenir probablement...
Cette petite mélodie, Mai, jeune écolière, l'entendit pour la première fois lorsqu'elle décida de s'occuper d'un chaton abandonné avec son meilleur ami, Kouta...

Momo : Derrière une allure de petite fille douce, Momo est, sous le titre de shinigami #A-100100, chargée de guider les morts jusqu’à leur passage dans l’au-delà, voire de réaliser leurs dernières volontés. Elle ne semble pas vraiment aimer faire cela et il lui arrive d’ailleurs de verser des larmes à la place des morts, lorsque ceux-ci ne peuvent pas pleurer.
Mais elle effectue tout de même sa mission, avec mélancolie, douceur et compassion envers ses victimes ...

Daniel : Ce petit chat ailé est le compagnon de la shinigami.
Plus espiègle et enjoué que celle-ci, il est constamment avec Momo et lui reproche à plusieurs reprises son attachement excessif à des humains à qui elle finira par ôter la vie.
Ce semble être un genre de conseiller pour cette jeun fille presque trop fragile pour son rôle qui rappelle plus souvent aux humains qui elle est que ne le ferait la principale intéressé.

Les Shinigamis, qui ont acquis leur reconnaissance générale grâce à Bleach pour les amateurs de shônen et Fullmoon pour l’autre bord, sont des personnages connu de tout otaku digne de cette appellation. En voici une autre vision dans Shinigami no Ballad qui nous les montre alors comme des êtres fragiles.

Personnages
Si je ne vous ai présenté que deux personnages, ce n’est pas par fainéantise (quand on en a fait 17 pour Advent Children, on est rodé) mais parce que ce sont les seul que l’on retrouve au fil de la demi-douzaine d’épisodes.
En effet, à chaque fois, les personnages sont modifiés, fournissant toujours une nouvelle situation dans laquelle notre petite déesse de la mort doit intervenir. Cela donne au visionneur la possibilité de renouveler ses interrogations primaires à chaque fois mais empêche également de vraiment s’attacher aux protagonistes puisqu'après l’épisode on n’en entend plus parler.
Momo est finalement la seule à rester, métaphore probable de sa solitude et du fait qu’elle voit ces êtres éphémères passer sans devoir s’y attacher. Cependant, si sa douceur et tristesse effleurent, elles ne sont peut-être pas encore assez poignantes pour être de véritables accroches à la série ...

Scénario
Etant donné que j’ai commencé à annoncer ce sujet par le biais des personnages, je continue dans ma lancée : dans chaque épisode, un personnage différent (très souvent un enfant ou adolescent) est confronté au shinigami que ce soit au sujet de sa propre mort ou de celle d’un de ses proches. Donc, à partir du moment où retentit le bruit de clochette caractérisant la venue de Momo, on n’attend plus que celle-ci pour savoir comment se déroulera la rencontre cette fois-ci.
Le héros ou héroïne ponctuel rencontre d’ailleurs souvent l’amour ou quelque chose d’équivoque lors de son ‘périple’.
Une histoire donc très répétitive est servie et qui est aussi d’un rythme très lent, puisqu’il ne se passe pratiquement rien de notable en 25 minutes, si ce n’est ls passage de Momo.

Portée
Le message que sert ce scénario est assez simple à décoder, étant qu’il faut continuer à vivre malgré la perte d’un être cher, que la mort n’est pas une fatalité, et tout ce qui va avec ce genre de banalités. C’est ainsi quelque chose d’assez simpliste, voir grossier, qui, de plus, n’est pas vraiment crédible, étant probablement aussi prévu pour un public plus jeune - du moins j’espère.


Audio
Oui, je regroupe plusieurs catégories ici, tout simplement parce qu’il n’y a pas grand-chose à en dire : les doublages sont corrects, comme toujours, même si un peu terne car aucun personnage ne se démarque vraiment du lot, je n’ai trouvé personnellement aucun seiyuu fabuleux via cette série.
Côté musical, c’est simple et vide, la trame sonore passe inaperçue, pour preuve, de mémoire, aucune musique ne me vient à l’esprit si ce n’est la sonnerie de l’école ou la clochette de Daniel.
Mais pour ne pas tout critiquer, l’opening, doté d’une musique douce et mélodieuse aux accents dramatiques m’a charmé.

Visuel
Le meilleur pour la fin ? Pourquoi pas ... Vu de l’extérieur, les couleurs douces et pastels contribuent à la création du cocon soyeux et mélancolique crée par la série et le style de dessin, presque du genre kawaï, SD semble attendrissant ... mais à la longue, ce la donne plutôt une impression de délavé et de dessin bâclé, sans finition ...

Un petit anime à la trame semblant audacieuse et intéressante – suivre un shinigami – mais qui s’enlise dans un scénario ennuyeux et terne au long duquel il ne se passe rien, sans laisser aucune accroche réellement possible.
A regarder donc si l’on a 10 ans pour en saisir la profondeur fixé à ce niveau, ou rien à faire et encore ...
Si vous voulez vraiment de la poésie, de la douceur et une véritable proposition à la réflexion (la mort y comprit), prenez donc plutôt Haibane Renmei.
, le 18.06.2011

Commentaires 0

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir Connectez-vous pour pouvoir réagir ou inscrivez-vous à la communauté Otaku-Attitude !
Titre original Shinigami no Ballad
1ère parution
Genre(s) Contes & Récits, Drame, Fantastique & Mythe
Épisode(s) 6
Auteur(s)
Statut Non licencié
Recommander & partager
Personne n'a voté pour cet article sur Shinigami no Ballad.
Autres articles de Shisaï
Rechercher un article
Nos heureux partenaires